Domaine de la Bernadaz
Logements en PPE et transformation de
maison et de maître
Lutry/ La Conversion - VD

Historique / Situation

De l’abandon à la valorisation. Le Domaine de la Bernadaz, autrefois appelé Domaine de la Conversion, appartenait depuis plusieurs générations à la famille du préfet Foscale, personnage local influent du 19ème siècle. A l’époque, le domaine couvrait plus de 7'000 m2 de jardin, prés et parc, et la maison principale comportait 19 pièces. On y cultivait la vigne jusqu’en 1920, date de la construction du Buffet de la Gare sur une parcelle adjacente.

Séparées jusqu’ici par la route de la Bernadaz, les deux parcelles qui composent le domaine de 9'745 m2 accueillaient de part et d’autre de la route les deux bâtiments encore existants, une maison et un rural, construits à l’époque du développement de la ligne ferroviaire Lausanne-Berne. Aujourd’hui, les constructions jouxtent le pont du Flonzel et la nouvelle route du Landar qui constituent une voie d’accès importante à la jonction autoroutière sur l’A9, un peu plus à l’amont.

Longtemps laissé à l’abandon, ce site intéressant mais difficile, a connu diverses tribulations jusqu'à la prise en main d’un projet conduit en collaboration avec le Service des Monuments et Sites de l’Etat. En précisant les critères liés à la protection du patrimoine, le nouveau projet, incluant le déplacement de la route qui passait au milieu du terrain aux frais des promoteurs, concrétise la solution acceptable trouvée pour satisfaire aux oppositions. En définitive, le projet comprend deux unités d’habitations, l’une étant la maison de Maître et l’autre, une construction nouvelle comprenant douze logements avec garage intérieur de dix-neuf places. L’ensemble permet non seulement de valoriser le site au bénéfice de ses habitants ou utilisateurs, mais aussi d’améliorer la qualité du transit et la sécurité sur la route de la Bernadaz, par ailleurs reprofilée et réaménagée dans sa section inférieure pour susciter une limitation du trafic

Programme / projet

Cohésion entre l’existant et le nouveau. Le nouvel immeuble se compose de trois volumes en terrasses et prend place dans le prolongement de la maison principale, à l’arrière du site, le long de la voie ferrée. Sa volumétrie concentrée, découpée en niveaux, respecte la topographie existante. Les appartements sont tous orientés au sud-ouest, avec une façade nord peu ouverte, pour composer avec les nuisances dues au trafic ferroviaire, juste à l’amont. Chacun des volumes comporte un rez-de-chaussée et trois étages, deux cages d’escaliers et ascenseurs relient ces niveaux directement avec le sous-sol dans lequel se trouvent les caves et le parking.

Le bâtiment rénové dispose de quatre niveaux et son sous-sol est relié au nouveau parking. L’ensemble offre 12'721 m3 dont 2'240 m3 concernent les quatre appartements aménagés dans la maison originale, à raison d’un logement par niveau. Dans cette partie restaurée, les matériaux et leur technique de mise en œuvre – crépis, taille de pierre, charpente – étudiés avec soin, reprennent les modes de faire traditionnels. En ce qui concerne le nouveau bâtiment, ces options influencent également les choix, en particulier pour les façades qui sont une réinterprétation des habitudes constructives rurales : on y trouve des tuiles de parement et des ferblanteries en zinc-titane, matériaux nobles et durables, rappelant opportunément la tradition. La plupart des arbres du domaine se trouvaient en mauvais état, en raison du manque d’entretien. L’ensemble de la végétation dans le périmètre est désormais revalorisé grâce aux réaménagements et aux soins apportés à l’existant pour redonner au Domaine ses qualités perdues depuis longtemps.

Info